question_epargne bookmark_picture module_picture
Accueil arrow Bourse arrow Compte titre et PEA
 


Compte titre et PEA Version imprimable

Principe

Le Plan d'épargne en actions (PEA) comme le compte titre sont des enveloppes permettant à tout un chacun d'investir directement dans des actions ou autres titres financiers. Ils peuvent être ouverts dans tous les établissements financiers. Le PEA est, en fait, une enveloppe fiscale constituée d'un compte titre particulier associé à un compte en espèces ouvrant droit à un régime fiscal favorable. Il en résulte que toute personne majeure peut ouvrir un PEA et un seul, à condition qu'elle ait son propre foyer fiscal.

Rémunération

Le choix des valeurs à insérer dans un PEA ou un compte titre est fonction de divers éléments. Par exemple, l'aversion aux risques de l'investisseur, c'est-à-dire sa volonté d'investir sur des valeurs plus ou moins risquées et rentables, font du PEA ou du compte titre un placement variable et à la carte. Le marché des actions monte et descend en permanence, les actions sont volatiles et les désillusions sont toujours possibles. Placer sur le long terme, la rentabilité moyenne sur 10 ans en 2006 est de plus de 160 % et cela malgré les années noires de 2000 et 2001.

Fonctionnement

Le montant total des versements ne peut excéder 132 000 euros par personne sur un PEA alors qu'il n'est pas limité sur un compte titre. En outre, un PEA est ouvert pour une durée minimale de 8 ans. Tout retrait, même partiel, durant les 8 premières années entraîne la clôture du PEA. Il est également important de retenir qu'après un retrait (même au bout de 8 ans), il n'est plus possible d'effectuer de nouveau versement. Par contre, il est possible de transférer ses titres sur un compte titre ordinaire. Les sommes versées sur un compte titre ne sont pas soumises aux mêmes contraintes, en contrepartie la fiscalité y est moins favorable.

Tous les titres ne peuvent être placés dans un PEA. En effet, on peut y mettre des actions françaises, certaines actions européennes, des SICAV ou des FCP gérées en France (ou en Europe pour certains), certains certificats d'investissement, des bons de souscription ou des droits relatifs aux actions et aux certificats éligibles au PEA... Au contraire un compte titre peut contenir toutes sortes de titres (y compris hors actions européennes ) et de produits dérivés.

Vous pouvez rencontrer différents types de PEA : 1) des PEA libres pour lesquels le titulaire choisit les actions ou fonds dans lesquelles il souhaite investir, 2) des PEA garantis qui limitent le risque de pertes puisqu'ils concernent essentiellement des investissements en SICAV ou FCP garantis (dans ce cas, l'investisseur ne peut pas revendre lorsqu'il le souhaite ses actions, sous peine de payer d'importants frais), 3) des PEA ne permettant d'investir que dans des fonds ou Sicav. De même, il existe des PEA bancaires et des PEA assurances. Ainsi, les compagnies d'assurances proposent à leurs clients des PEA sous forme de contrat de capitalisation ou sous forme d'assurance vie. Le fonctionnement est identique au contrat d'assurance vie classique. Il s'agit de contrats d'assurance vie multisupports composés essentiellement d'actions. Cet outil est, à la différence du PEA bancaire, un outil de plus long terme. Dans ce cadre,  les plus-values seront totalement exonérées de l'impôt sur le revenu à l'issue des 8 ans.

Avantages

- Défiscalisation (si inférieur à 25 000 euros de cession annuelle pour le compte titre)

- Rémunération

Inconvénients

- Placement de long terme, risqué ou très risqué

- Capital non garanti

Fiscalité

PEA

Au bout de 5 ans, les revenus et les plus-values sont exonérés d'impôts mais restent soumis aux prélèvements sociaux de 12,1 %. Enfin, il est possible de maintenir son portefeuille au-delà de 8 ans et de pouvoir en sortir à tout moment. Si le titulaire du PEA effectue des retraits avant la fin des 5 premières années (ce qui entraîne de toute façon la clôture), les plus-values sont soumises soit à 22,5% d'impôts (retrait dans les deux premières années) soit à 16% d'impôts (retrait entre la deuxième et la cinquième année) en plus des prélèvements sociaux de 12,1 %, ceci uniquement si le seuil de cession annuel (vente) de 25 000 euros est dépassé.


Compte titre

En dessous d'un seuil de cession (vente), fixé, à partir de 2008, à 25 000 euros annuel, les revenus et plus-values sont exonérés à la fois de l'impôts et des prélèvements sociaux. Au-delà de ce seuil de cession, ils sont imposés sur les plus-values et sont soumis aux prélèvements sociaux.

A noter que ce soit sur le PEA ou sur le compte titre, l'avoir fiscal, sur les dividendes versés par les sociétés, est désormais remplacé par un crédit d'impôt égal à 50 % plafonné à 115 euros pour un célibataire et à 230 euros pour les couples mariés ou pacsés soumis à imposition commune. De même, les moins-values sont déductibles des plus-values de même nature, réalisées en priorité, au cours de la même année, ou des 10 années suivantes. Vous avez accès à des informations supplémentaires en consultant nos dossiers ou en cliquant sur le lien suivant : la fiscalité des valeurs mobilières.

Notre Avis : Faîtes votre choix en fonction de l'épargne que vous souhaitez placer en bourse. Les gros portefeuilles doivent se tourner vers le PEA alors que les portefeuilles plus modestes peuvent se tourner vers le compte titre, plus souple et plus diversifié. Il est de toute façon intéressant de disposer des deux, compte titre et PEA, et de panacher les placements en fonction de leurs intérêts respectifs. Notez enfin que l'investissement boursier nécessite un certain recul et beaucoup de sang froid.

Dernière mise à jour : ( 08-02-2009 )
 
 
Copyright (c) 2007. Question Epargne. Template designed by Jooms.com