Plan épargne retraite populaire

Principe

Le plan d'épargne retraite populaire (PERP), accessible à tous, a été créé en 2003 par la loi Fillon portant sur la réforme des retraites. Il est destiné à recevoir des capitaux en vue d'épargner pour la retraite. Il s'agit donc d'une retraite par capitalisation permettant de générer des revenus supplémentaires lors de la retraite.

Rémunération

Il est très difficile d'apprécier la rentabilité d'un produit d'épargne retraite à sortie obligatoire en rente. Elle pourra être estimée seulement au versement des premiers revenus. Son niveau dépendra de l'épargne accumulée, mais aussi des performances financières enregistrées.

Prenez gare aux simulations proposées. Elles se fondent sur les taux de conversion du capital en rente actuels. Or, ils seront vraisemblablement modifiés à la baisse régulièrement. Cela a déjà été le cas au 1er janvier 2007. De plus, la rente issue du PERP sera faible, car elle est calculée sans y inclure une partie des rendements futurs. Ainsi à titre d'illustration, les montants capitalisés nécessaires pour obtenir une rente de 300 euros par mois à partir de 60 ans en 2006, sont de 100 000 euros...

Fonctionnement

Ce fonds de pension comprend deux phases. Tout d'abord une phase d'épargne, suivie ensuite, à partir de 60 ans au minimum, du versement du capital accumulé sous forme de rente viagère. Vous pouvez rencontrer plusieurs types de PERP sur le marché. Le plus diffusé ressemble à s'y méprendre à un contrat d'assurance-vie multisupport. Votre épargne y est placée dans des supports financiers, garantis ou non. Tout comme l'assurance-vie, seule la partie, investie dans le fonds en euros du plan, est garantie. Par contre, l'argent placé sur d'autres supports (Sicav, FCP) peut ne pas être protégé contre la baisse éventuelle des marchés financiers. Tout comme l'assurance-vie, vous avez la possibilité de faire votre choix entre les différentes offres d'investissement ou d'opter pour une gestion automatique, réduisant progressivement la part des actifs risqués au profit de fonds sûrs.

Au terme, le capital atteint sera transformé en rente viagère selon les règles techniques en vigueur lors de la transformation. Vous pouvez aussi rencontrer d'autres types de PERP. Ainsi, le PERP « à rente viagère différée »  garanti à chaque versement un montant de rente minimum. L'inconvénient de ce produit est que les revalorisations futures des rentes seront pénalisées par cette garantie. Il existe aussi un PERP « à points ». Chaque versement permet d'accumuler un certain nombre de points, variable selon le prix du point. Le nombre de points acquis est garanti et sa contre-valeur en euros aussi. Le problème, et non des moindres, c'est que le prix d'achat des points n'est pas lié à la valeur retenue pour le calcul de la rente. Le prix d'achat peut donc augmenter plus vite que la valeur du point. Pendant la phase de perception de la rente, les revenus versés sont garantis par l'assureur. Leur montant ne peut donc pas baisser. Par contre, la revalorisation n'étant pas garantie, il y a un risque de perte de pouvoir d'achat, si l'augmentation de la rente est inférieure à celle de la hausse des prix.

En souscrivant un PERP, vous tirez un trait sur la disponibilité de l'argent versé. Il existe toutefois quatre situations permettant de récupérer le capital pendant la phase d'épargne (invalidité sévère, expiration des droits aux allocations chômage, liquidation judiciaire, achat de sa première résidence principale à l'age de la retraite). En cas de décès du titulaire du PERP pendant la phase d'épargne, une rente est versée à un bénéficiaire désigné à l'ouverture du plan. La rente est calculée en fonction du capital en compte au moment du décès.

Avantages

- Versements déductibles du revenu imposable

Inconvénients

- Capital immobilisé jusqu'à l'age de 60 ans

- Rendements faibles

- Sortie en rente viagère uniquement

- Imposable à la sortie

- Capital non transmissible aux héritiers si décès

Fiscalité

Le PERP permet de déduire de son revenu imposable les cotisations versées, dans la limite de 10% des revenus professionnels de l'année précédente (plafonné à 8 fois le plafond annuel de la Sécurité Sociale) ou 10% du plafond annuel de la Sécurité Sociale pour les faibles revenus. Le gain réel de cette opération dépend donc de votre tranche marginale d'imposition. Notez aussi que l'on peut reporter sur trois ans la part de déduction fiscale non consommée, même si on n'a pas encore souscrit de PERP. Attention toutefois car cette enveloppe fiscale inclut aussi les cotisations versées dans des produits similaires de type PERCO (plan d'épargne retraite collectif), PREFON (produit d'épargne retraite pour les fonctionnaires similaires au PERP), COREM, CRH...

A la sortie, la rente est imposée comme une pension de retraite. Elle est donc soumise à l'impôt sur le revenu après abattement de 10% et aux prélèvements sociaux au taux de 7,1%.

Notre Avis : Attention, le PERP est un produit dont on ne peut sortir, et récupérer son capital, qu'à partir de 60 ans, et encore, uniquement en rente viagère. Le PERP, c'est la carotte à l'entrée et le bâton à la sortie. De même, les avantages fiscaux à l'entrée ne doivent pas masquer l'énorme effort d'épargne à fournir pour obtenir une rente consistante. Un produit à réserver pour quelques privilégiés à l'aise financièrement, fortement imposables, et qui peuvent bloquer des sommes d'argent importantes pendant une très longue période. Compte tenu du flou entourant le PERP et sa réglementation et les inconvénients majeurs qu'il présente...allez plutôt voir du côté de l'assurance-vie. En clair, sauf cas particuliers, nous déconseillons vivement ce produit.

Dernière mise à jour : ( 27-11-2007 )