question_epargne bookmark_picture module_picture
Accueil arrow Nos dossiers arrow Bourse arrow Produits dérivés boursiers
 


Produits dérivés boursiers Version imprimable
 
Produits Définition Fonctionnement Risque Fiscalité En pratique
Les trackers Fonds indiciels cotés en Bourse,  ils doivent répliquer la performance d'un indice donné (CAC40, EuroStoxx50, pays, secteur économique, matière première...). Ces produits, émis par les établissements financiers, permettent de réaliser un investissement diversifié sur un panier de valeur. Ils se rapprochent donc d'une Sicav ou d'un FCP. Le tracker représente généralement une fraction de l'indice (1/10, 1/100...) Plus ou moins important en fonction de l'indice de référence. Imposition des gains au prélèvement forfaitaire libératoire de 29% (prélèvements sociaux inclus) après 25 000 euros de cessions annuelles. Certains trackers sont éligibles au PEA. Ces produits présentent en général un risque faible, toute proportion gardée, comparés aux autres produits décrits ci-dessous, ils sont utilisés dans le cadre de stratégies différentes. Ils peuvent constituer une bonne alternative d'investissement sur des Sicav ou FCP compte tenu de frais de gestion plus faibles.
Les certificats Produits permettant de jouer la hausse ou la baisse du sous-jacent auquel ils font références (action, indice, matière première...).   Produits, émis par les établissements financiers ne pouvant être détenu que sur le compte-titre et possédant  une durée de vie limitée.  Ce sont en fait des obligations remboursables à l'échéance selon des conditions définies au moment de l'émission. Il existe de nombreux types de certificats différents, permettant notamment d'amplifier ou non les performances du sous-jacent. Le risque dépend du certificat lui-même (amplification ou non...) et de son sous-jacent. Imposition des gains au prélèvement forfaitaire libératoire de 29% (prélèvements sociaux inclus) après 25 000 euros de cessions annuelles.
A noter que les certificats arrivés à échéance sont fiscalisés d'office, mieux vaut donc ne pas les conserver jusqu'au terme.
Produits pas toujours faciles d'accès permettant dans la plupart des cas d'amplifier les performances du marché, à la hausse comme à la baisse. Méfiance donc lors du choix de ce type de produit surtout qu'ils possèdent une durée de vie limitée et qu'il pourrait être compliqué  de récupérer des éventuelles moins values avant l'échéance.
Les warrants Valeur mobilière négociable conférant à son détenteur le droit d'acheter ou de vendre un actif financier dans des conditions de prix et de durée fixées lors de l'émission. Produit émis par les établissements financiers ne pouvant être détenus que sur un compte-titre. L'actif financier, ou sous-jacent, peut être une action, un indice, une devise... Le "call warrant" permet d'acheter alors que le "put warrant" permet de vendre à un prix donné. Ils sont négociables jusqu'à leur radiation de la cote (soit 6 jours avant la date d'échéance). Durant ces 6 jours seul l'exercice est possible, c'est à dire l'achat ou la vente du sous-jacent. Le risque de perte de l'intégralité du capital investi est fort. Par contre, le potentiel de gain est "élevé" même avec une mise faible, grâce à l'effet de levier. Imposition des gains au prélèvement forfaitaire libératoire de 29 % (prélèvements sociaux inclus) dès le premier euro. En effet, le seuil de cessions n'entre pas en jeux pour ces produits. Si vous croyez à une hausse du sous-jacent pariez sur un "call", dans le cas contraire pariez sur un "put".
A noter que l'investisseur a tout intérêt à revendre les warrants directement sur le marché plutôt que de les exercer.
Les options Instrument financier conférant à son détenteur le droit d'acheter ou de vendre un actif financier dans des conditions de prix et de durée fixées lors de l'émission. Produit émis par un marché financier (Euronext) ne pouvant être détenus que sur un compte-titre, ils ressemblent aux warrants. Cependant, 1) les sous-jacents ne concernent que les indices ou actions, 2) il est possible de vendre des options que l'on ne possède pas. Le risque de perte de l'intégralité du capital investi est fort. Par contre, le potentiel de gain est "élevé" même avec une mise faible, grâce à l'effet de levier. Notez que pour le vendeur à découvert, le risque est très fort car il ne pourra pas exercer l'option quoi qu'il arrive. Imposition des gains au prélèvement forfaitaire libératoire de 29 % (prélèvements sociaux inclus) dès le premier euro. En effet, le seuil de cessions n'entre pas en jeux pour ces produits. Si vous croyez à une hausse du sous-jacent pariez sur un "call", dans le cas contraire pariez sur un "put".
A noter que l'investisseur a tout intérêt à revendre les options directement sur le marché plutôt que de les exercer.

Ces produits dérivés (peut-être hormis les trackers) sont à réserver aux investisseurs avertis et il n'est pas possible d'en faire un descriptif exhaustif. Sachez qu'ils permettent d'envisager des stratégies d'investissement beaucoup plus importantes et fines dont nous développons quelques aspects ci-dessous. Vous pouvez aussi trouvez de nombreux documents ou ouvrages les concernant sur Internet.

Spéculation : Les certificats (notamment les "Turbo"), les warrants et les options sont des produits très spéculatifs. Compte tenu de l'effet de levier, le gain peut-être très important (des performances à 2 chiffres voir plus en une journée sont courantes) mais le risque de perte du capital investi est aussi très important. Il existe dans certains cas des barrières désactivantes qui permettent de suspendre la cotation et donc de limiter les pertes. Ces produits sont généralement pour des investissements de courte durée.

Couverture du portefeuille : Vous pouvez acheter des "puts" sur une action, un indice?pour couvrir votre portefeuille par exemple pendant vos vacances. En cas de baisse importante du marché,  un "faible" investissement sur ces produits permet grâce à l'effet de levier de couvrir les pertes subies par votre portefeuille. En cas de hausse des marchés, celle-ci couvre très largement les investissements réalisés pour la couverture. Il est aussi possible de miser sur certains certificats certifiés 100% Bear. Leur rôle est de répliquer à l'inverse l'évolution des cous de leur sous-jacent.

Limitation des risques : Votre action favorite a beaucoup monté et vous souhaitez rester investi dessus tout en limitant les risques d'une éventuelle chutes. Vous pouvez vendre votre action et investir une partie des bénéfices sur un "call" émis sur celle-ci. Grâce à l'effet de levier vous pouvez répliquer à la hausse votre position précédente tout en étant moins investi et donc moins exposé au risque. A noter qu'il existe aussi des produits (certificats) permettant de couvrir tout ou partie du capital investi. 

 

Conclusion : Ces produits, très risqués, permettent aussi d'envisager des stratégies différentes et de couvrir une partie des risques. Tout dépend de l'utilisation que vous souhaitez en faire. Leur utilisation est complexe et nécessite une connaissance approfondie de leur fonctionnement. Il s'agit ici des produits les plus fréquemment rencontrés mais vous pouvez en rencontrer d'autres (click-options par exemple).

Dernière mise à jour : ( 30-12-2007 )
 
 
Copyright (c) 2007. Question Epargne. Template designed by Jooms.com